Le mouvement ‘’Navetane’’ en colère noire contre les autorités municipales : «nous n’avons pas de terrain praticable et depuis 2009 les ASC n’ont recu aucune subvention de la mairie »assurent les deux présidents de zones.

0
60

Délaissé par la mairie, aucune assistance de la part des autorités, ni des institutions publiques comme privés, le mouvement ‘’navetane’’ soufre de ses innombrables maux. En prélude aux préparatifs de la saison 2016 une interview croisée avec les deux présidents de zone ( Adama Diop ; président de la zone 12 et Saliou Dieng ; président de la zone 13) a permis de faire l’Etat des lieux du sport roi dans la commune.

Absence d’infrastructures sportives

Avec 25 ASC répartis en deux zones 12 t 13 Keur Massar ne dispose pas de stade municipal. Le terrain municipal qui abritait les compétitions des ‘’navetanes’’ est dans un Etat de délabrement avancé. À tel enseigne que les navetanes se jouent depuis des années soit à Malika soit à Pikine. Pourtant un budget de 20 millions puis de 40 millions ont été voté par la municipalité pour réfectionner le terrain. D’ailleurs souligne Adama Diop « lors de notre dernière rencontre le maire avait avancé que le budget est dégagé, un promoteur habitant à Yoff aurait gagné le marché et que le travaux devraient démarrer après la fête de korité ». Cependant rien n’est encore fait. Le terrain est toujours dans son état de delabrement. Ce qui fait sortir Saliou Dieng de ses gongs « ce qui nous dérange ce sont les promesses jamais tenus. A chaque fois on nous dit que les travaux vont démarrer au finish que dalle. Ils ont meme commencer à tailler les murs une fois après ils ont tout laissé tomber » a défaut d’avoir un stade nous préférons jouer sur terrain vague cette année . » Renchérit-il
Manque de soutien : pas de subvention de la mairie, un ministre et un député fantômes!!!

 

L’accession de Moustapha Mbengue, un produit du mouvement ‘’navetane’’, à la mairie avait suscité beaucoup d’espoir. Mais le rêve s’est vite transformé en cauchemar pour les ASC de la commune qui espérait enfin bénéficier des subventions de leur municipalité. Rien de rien ! en effet, souligne le président de la zone 12 « depuis 2009 les ASC n’ont reçu aucune subvention de la mairie ». En outre « le maire nous accompagne dans l’organisation des matchs en nous assurant la sécurité chaque Week End et dans l’organisation des finales »
Pourtant la commune en plus du maire compte un député (Aissata Dia), un ministre (Fatou Tambedou) et un directeur général mais tous abonnés absents. « Le jeunesse sportif de Keur Massar ne sent pas la présence de ces autorités » argue Adama Diop. Le député Aissata Dia a eu à faire des gestes mais Me Le ministre Fatou Tambedou est vraiment inexistante dans la commun selon Saliou Dieng. Cependant poursuit le président de la zone 13 des personnalités comme Mme Diallo du Parti Rewmi et Malick Cissé de la présidence nous apportent leurs soutient chaque année c’est l’occasion de les remercier.
Abou Ba