Marie AW: « Toutes nos opérations financières sont aujourd’hui bloquées au niveau de la trésorerie »

0
9

Le Conseil départemental de Keur Massar a entamé une mission de soutien des populations dans le contexte des inondations qui touchent une bonne partie du territoire Massarois.

Au micro de KeurMassarInfos, la conseillère Marie AW est revenue sur les difficultés du Conseil à jouer pleinement son rôle.
Elle estime que les populations de Keur Massar sont désemparées et laissées à leur propre sort par le gouvernement. Et c’est justement pour cette raison que cette tournée est effectuée au sein du département, d’un pour s’enquérir de la situation sur le terrain, et dans un second temps pour apporter des débuts de solutions par une distribution de quelques matériels de pompage d’eau.

Madame la conseillère a rappelé que l’objectif de la départementalisation était de faciliter la prise en charge des maux des populations. Mais force est de constater que cet acte de décentralisation voulu et loué au début, traduit une décision politique qui ne dit pas son nom. En effet, Madame AW précise que la subvention de 300 millions due au Conseil départemental n’est toujours pas débloquée au niveau du trésor public malgré la mise à disposition de 44 agents publics par l’État et à la charge du Conseil. En outre, elle fustige l’attitude du Ministre Antoine Félix DIONE quant à la non implication de leur institution et des collectivités locales (les mairies notamment) dans l’exécution du plan ORSEC. Plan à coup de milliards qui n’a aucune incidence sur les conditions de vie des populations plus qu’affectées par les eaux.

Elle finit ses propos par un appel lancé à l’endroit du Président de la République: « Monsieur le Président, il ne faut pas politiser le calvaire des populations car les eaux ne font aucune différence entre les appartenances politiques; persister sur cette lancée reviendrait, si ce n’est le cas, à une non assistance à des personnes en danger. Il est temps que tout ce qui se dit au sommet de l’État puisse se traduire auprès des populations ».

MAN