Mactar DIOP alias ALDO : « Je suis incapable de vous dire pourquoi Boy SEYE à quitté l’écurie Keur Massar Mbollo ».

0
68
aldo

aldoMactar Diop plus connu sous le nom d’Aldo est le président de l’écurie Keur Massar Mbollo, grand amateur de lutte il a bien voulu répondre aux questions de keurmassar.info

Nous savons que vous êtes très actif au niveau de la lutte ici à Keur Massar, d’où vous est venue cette passion pour lutte ?
C’est le frère de mon grand père Atoumane qui m’a initié à la lutte. A l’âge de 7ans déjà il m’amener à la lutte voir les Doudou Baka Sarr, les Fodé Dousou BA. À  l’époque il  n y avait qu’un seul véhicule qui venait à Keur Massar et c’était celle de Doudou Baka Sarr. Après la lutte il m’amener  chez mon pére, en me portant sur son dos pour rejoindre la maison paternelle. Cela dit, à l’âge de 7 ans même je suivais de très prés la lutte sénégalaise. Je dirai même qu’il n’y avait pas un coin dans Dakar où il y avait de la lutte et que je n’avais pas assisté. A Keur Massar  il y avait une arène qui s’appelait « Boy Bankhass » où beaucoup de lutteurs sont passés : boy bankhass, Ansou, Biriam Ndiaye, Yakou Sarr, Pape Diop, Abdou Ndiaye et d’autres grands champions comme le père de Baye Mandione qui a d’ailleurs longtemps exercé la lutte au niveau de Keur Massar.

Parlez-nous de l’écurie « Keur Massar Mbollo »  et de l’arène « Boy Bankhass » ?
Pour ce qui est de l’écurie « Keur Massar Mbollo » sachez d’abord que je suis le président. C’est un écurie qui regroupe 65 lutteurs licenciés et parmi les lutteurs les plus actifs ou les plus en vus dans l’arène  je peux citer : Bécaye tine, Drogba et Adidas.
Quant a l’arène Boy Bankhass permettez-moi d’abord de remercier  un grand homme appelé Mamadou Loum qui n’est plus de ce monde, c’est lui qui avait mis  l’arène « Boy Bankhass » à ma disposition pour que les lutteurs puissent y exercer leur métier.  Après son décès son fils s’est présenté pour récupérer leur bien ce qui est tout à fait légitime. En tant que président de l’écurie « Keur Massar Mbollo » il fallait donc que je réagisse,  j’ai donc mis à la disposition des jeunes  mon propre terrain de 800m2  qui se trouve à l’unité 5 de Keur Massar, déjà clôturé par mes propres soins, sans l’apport de personne, pour en faire une grande arène.

On sait que Double Less, le père de Balla Gaye 2, habite a Keur Massar de même que Yékini aussi  dispose ici d’une maison pouvez-vous nous parler de vos relations avec ces derniers.
Ce sont des relations tout à fait bonnes. J’entretien de très bonnes relations avec Double Less d’autant plus que son fils SA Thiès vient souvent me voir. Double less est aussi une ancienne gloire que je respect beaucoup quand a Yékini c’est un bon voisin nous n’avons pas de rapports particuliers mais c’est quelqu’un  qui est bien.

Pourquoi ne sont-ils pas impliquer dans la lutte à Keur Massar ?
Parce qu’ils ne sont pas de Keur Massar, on peut habiter à Keur Massar  et n’y être pas originaire. Ils ont donc leurs origines et leur écurie par exemple Yékini est de l’écurie Ndakarou, Double Less aussi a une école de lutte, donc on ne peut pas les forcer à venir s’impliquer  au niveau de Keur Massar. Chacun d’eux entretient de bonnes relations avec les populations de Keur Massar.

On sait que Boy Seye était dans l’écurie « Keur Massar Mbollo » quels sont les motifs de son départ ?
La question je pense qu’il faudrait la posée a l’intéressée lui-même. A ma connaissance  nous n’avons pas eu de problèmes avec Boy Seye. Il était venu nous l’avons accompagné  et je pense que nous avons fait tout ce que nous pouvions pour lui. Mais le président Aldo n’est pas un lutteur je ne  peux  mettre Boy Seye que dans de bonne condition maintenant les motifs qui l’ont poussés à quitter  Keur Massar Mbollo je suis incapable de vous le dire.

Parlez-nous du drapeau Toma production.
Je remercie Toma production  qui a pris l’initiative de me doter  du drapeau du  président de l’écurie  Keur Massar Mbollo. Toma est un jeune lutteur sérère qui avait l’habitude d’organisé ses combats chaque année au  niveau de Guale Gui il a décidé de transféré ces compétitions à Keur Massar  puisqu’il habite ici maintenant. C’est pour  cela que j’ai mis à sa disposition la nouvelle arène « boy bankhass » pour que les populations de Keur Massar puissent assister  à des combats de haute facture  avec la lutte sérère.

Quels sont vos projets pour Keur Massar ?
Je veux que Keur Massar soit  surtout ériger en département  nous en avons besoin car Keur Massar ne peut plus rester a l’aspect traditionnel nous aspirons a une ville moderne. A l’heure actuelle la superficie de Keur Massar dépasse largement  celle de Guédiawaye pourquoi  ne pas  alors en faire une ville moderne ?

Votre dernier mot
Félicité tout le monde, vous aussi je pense que ce que vous êtes entrain de faire au niveau de Keur Massar  est une bonne  chose je vous encourage pour cela. Vous aurez à franchir beaucoup d’obstacles mais tant mieux celui qui ne fait rien pour être le premier il ne demeure pas le deuxième il tombe fatalement le dernier  c’est que nous a appris le général Buchard parce que je suis un ancien parachutiste. Merci

 

Carine R. Tendeng
[email protected]