Le jeu en valait-il la chandelle ?

0
47
wade

wadePar combien de péripéties et d’intempéries sommes-nous  passés, et  avons-nous subies  de plein fouet pour que la raison ait enfin droit du régime de  Wade ? Sous son magistère, une brise anodine dans l’accalmie précaire du pays s’est subitement mutée en un ouragan dévastateur, emportant tout sur son passage. Finis les « wax waxeet »; le prétendu  projet de dévolution monarchique est écarté, subséquemment la chute de la  bête politique tant redouté. L’élève détrône  le maître, le fils putatif du parti libéral tue le père,  le parricide !!!

Combien de nos vaillants compatriotes ont péris à cause des urubus ? Combien de sacrifices et pratiques occultes avons nous assistés impuissamment ? Jusqu’à quel niveau ont-ils instrumentalisé le spirituel à coup de MILLION ? N’ont-ils pas essayé de détruire l’union nationale en tentant de catégoriser  des caractères  ethnicisâtes ? Combien de nervis ont-ils recrutés pour leurs sales besognes, ternissant ainsi nos valeurs cardinales ? Combien de citoyens ont été mis en geôle arbitrairement ? Combien de gens ont subi la foudre de ce défunt régime ?

Bref ces questionnements ne pourraient être exhaustifs .Wade, un bonhomme aux multiples facettes est devenu du jour  au lendemain le sauveur de la nation. Les sénégalais gardent un avis partagé à son propos, mais lui reconnaissent  tant bien que mal son acte  final plein de sagesse, de bravoure et d‘humilité, qui est d’avoir accepté sa défaite. Machiavel disait  que le pouvoir rend fou, tout compte fait, le mérite appartient à celui qui sait courber l’échine  devant la volonté populaire ; respectant par là la sanction de la majorité au détriment de ses intérêts  égoïstes. Mais véritablement, fallait-il souffrir ces événements  tragiques pour revenir à notre chère stabilité dont nous nous pavoisons ?

Moustapha KORERA, KEURMASSAR.INFO
[email protected]