École à la une : l’école privée SAVOIR PLUS

0
71
savoir plus

savoir plusÉcole à la une est une nouvelle rubrique consacrée aux différentes écoles  de la commune d’arrondissement de KEUR MASSAR.Cette catégorie s’enquerre des difficultés  dans le domaine scolaire. Elle procède à la présentation des écoles  pour leurs donner plus de visibilité, souligner  leurs difficultés, et mettre en exergue leur  niveau de  performance, donnant ainsi des informations aux parents d’élevés à propos  l’école en question.  Aujourd’hui l’école privée SAVOIR PLUS est à l’honneur. Par la même opportunité, nous nous sommes entretenus avec Monsieur Sadakh SARR, préfet des cours privés SAVOIR PLUS.
L’école privée SAVOIR PUS a été crée en 2001/2002, avec uniquement un cycle moyen doté d’une sixième, d’une cinquième, et d’une quatrième. C’est par la suite que le cycle primaire  et le cycle secondaire ont été greffés aux cours privée SAVOIR PLUS.  Dans cet établissement on y dispense des enseignements  du préscolaire au secondaire. L’effectif total de tous  les  cycles confondus  s’élève à 700 élevés dans cette école. L’école  est dans ses propres locaux, et à SAVOIR PLUS  il n’y a jamais eu de problèmes de  retard des  salaires pour les enseignants de l’institution et pour le personnel.

Chose très  récurrente  en cette année scolaire à savoir les grèves incessantes qui perturbent  l’enseignement ; il faut croire que les Cours SAVOIR PLUS sont une école d’exception, parce que ne  connaissant quasiment pas de cas de grève, au moment où les cours peinent à commencer dans certains établissement. En 2012, « nous n’avons connu le phénomène de la grève  qu’une seule fois, où des élèves  du public avaient sortir les enfants, et le plus souvent nous gérons ce genre de situation comme il faut » affirme le préfet des cours privés SAVOIR PLUS Sadakh SARR.

L’école privée a la réputation  de recruter de la main d’œuvre bon marché en se ruant vers les étudiants inexpérimentés, d’enseignants  non diplômés, mais à ce sujet  l’institution SAVOIR PLUS , « en ce qui concerne l’élémentaire et le préscolaire nous recrutons en principe des enseignants qui ont au moins un vécu pédagogique » ; il entendre  par enseignants ayant un vécu pédagogique,c’est que ce sont des enseignants qui ont  fait au préalable un stage de formation dans une école privée. Ensuite ils constituent un dossier qu’ils déposent au niveau de  l’I.D.E.N ou à l’I.A, qui leurs délivrent  une autorisation d’enseigner dans une école privée du Sénégal. Pour ce qui est du « cycle moyen, en principe nous faisons appel aux professeurs qui sont dans les collèges et lycées  publics, moyennant une rétribution en fonction  de leur niveau. »  Dans cette écoleon recrute  le  plus souvent  des professeurs qui ont terminés leur cycle universitaire, et  ont également obtenu un diplôme professionnel à l’Ecole Normale. C’est avec ce genre de « personnel que travaillons ».

Une année scolaire sans grève, et sans aucune perturbation, on pourrait penser que les élèves en classe d’examen dans cette école sont tous fin prêts à en découdre avec les évaluations. Depuis le 6 Octobre à ce jour de 12 Avril 2012 « les cours se poursuivent  normalement, d’ailleurs nous avons déposés nos  listes  de candidatureet pour le CFEE et l’entrée en sixièmement,  idem pour le baccalauréat les formalités d’usage ont été remplies. A ce niveau n’avons aucune crainte, nous sommes prêts pour ce genre d’examens. »

L’école privée  SAVOIR PLUS est  une école de performance, parce si on en juge à leurs étonnants  résultats de l’année dernière avec 100%  de réussite au CFEE et à l’entrée en sixième, cetétonnant taux de réussite leur a valu une lettre de félicitation de la part de l’inspectrice d’académie du secteur.Au BFEM et au BAC l’école a enregistré de très bons résultats.Malgré ces prouesse réalisées par l’établissement, il ne fonctionne qu’avec ses propres moyens, elle ne bénéficie d’aucune subvention de l’Etat, quoique « nous ayons fait le nécessaire en déposant notre dossier auprès de l’autorité chargée de régler ce genre de problème, mais malheureusement il n’y a eu aucune suite jusqu’à présent. »

SAVOIR PLUS ne mise pas tout sur l’argent, mais ce l’importe le plus c’est l’éducation des enfants. Du fait que tout simplement que  «l’éducation est une chose qu’on ne peut pas payée, une nation où l’éducation est négligée, eh bien cette nation  ne pourrait pas jamais progresser. Néanmoins nous avons tenu compte de la situation économique  des uns et des autres, c’est  compte tenu de ces évaluations que nous fixons nos prix. »

L’école privée a la mauvaise réputation d’être un sac-poubelle, car supposée être t le refuge d’élèves  exclus. A cause de cela nous imaginons que leur niveau puisse être très bas. A ce propos SAVOIR PLUS semble avoir trouvé une solution en adressant leur recrutement le plus souvent  aux élèves ayant faits le préscolaire, ces derniers ont des dispositions pédagogiques qui leurs  permettent d’élever  leur niveau  une fois en classe supérieur de CI. Pour le moyen, « en principe ce sont des élèves qui ont  été avec nous, sur 35 élèves  les 30 s’inscrivent chez nous pour aller en sixième, par conséquent nous n’aurons pas des problèmes de niveau vue qu’ils été préparés pour la sixième. »  A cela il faut ajouter que l’école fait subir un examen d’entrée  aux nouveaux  avant de les accepter. Si le niveau n’y est pas, alors « on interpelle le parent, s’il accepte que l’enfant refasse la classe en question alors  l’école recevra l’élève, mais s’il refuse il ira voir ailleurs. »  Les cas d’exclusion sont rares dans l’école, mais les cas d’abandon par défaut de paiement  y surviennent quelques fois.

Une école privée où il n’y a pas eu de grèves, les cours y sont dispensés régulièrement, il  n’y a pas de déficit financier, et  l’établissement est dans ses propres locaux, et on y enregistre des performances, voila ce qu’on pourrait appeler une école d’excellence.

Moustapha KORERA, keurmassar.info
[email protected]