AG DU MOUVEMENT « MON PAYS, MON AVENIR » : Ibrahima Cissokho, le « bulldozer social », s’appuie sur ses réalisations à travers le pays.

0
18

Une assemblée générale a été tenue ce weekend à la cité Sapco situé au niveau de la commune de Tivaouane Peulh Niague Niacourab sous la houlette de Ibrahima Cissokho surnommé le « bulldozer social » par ses proches. L’objectif visé est la mise sur pied d’un bureau national qui va sillonner l’ensemble les zones les plus reculées pour étendre ses tentacules en élargissant la base. Il s’agit de massifier et réorganiser le mouvement « Mon pays, mon avenir » par des actions positives visant à renforcer l’éducation, la formation et la réinsertion des jeunes. Le financement et la formation des femmes sont aussi une priorité pour rendre les autonomes.

Les militants, sympathisants en provenance des régions de Kaolack, Fatick,Thiès Ziguinchor, Sédhiou, Kédougou, Vélingara, Dakar, etc, ont répondu massivement à l’appel du président du mouvement « Mon pays, mon avenir ». Depuis les précédentes élections locales Ibrahima Cissokho vient de sortir de son long mutisme pour mettre sur pied un bureau national déterminé et engagé à sillonner tout le pays pour s’enquérir des préoccupations des populations au niveau des zones rurales. Il importe pour le leader dudit mouvement d’y apporter sa contribution pour le développement harmonieux du pays. M Cissokho a déclaré plus de 200 personnes se sont retrouvées dans la salle de Isi. Ses multiples actions d’envergure sociale ne sont plus à démontrer dans tous les domaines surtout ceux concernant les femmes et les jeunes qui constituent un levier de développement considérable pour le pays.

A travers ses actions, il a formé plus de 360 femmes en transformation de céréales, fruits et légumes suivi d’un financement de trois (3) millions. De par sa vision futuriste, il a très vite compris que le maraîchage constitue un véritable potentiel pour générer des emplois pouvant permettre aux jeunes de s’épanouir, de se départir de la précarité qui sévit dans cette zone. M Cissokho a implanté des centres formations pour promouvoir l’auto- emploi au niveau des jeunes. Dans ce même sillage, plus de 125 daaras ont été enrôlés dans la Couverture maladie universelle. Plusieurs lampadaires ont été installés par M. Cissokho par ses proches.

Cela pour combattre l’insécurité galopante qui hante le sommeil des riverains désemparés avec comme slogan « ben buntu kër ben lampë ». Des consultations gratuites ont été organisées à l’issue desquelles des patients victimes de maladie cérébrales AVC et cancer du col de l’utérus entièrement prise en charge par M Cissokho grâce à ces partenaires nationaux et internationaux. « Nous avons appuyé, les jeunes par des formations en pâtisserie car, tendre la perche à ces derniers constitue un maillon essentiel pour le développement harmonieux d’un pays ».

La vision du président du mouvement « Mon pays, mon avenir » et ses réalisations ont poussé les membres fondateurs à élargir sa base dans les régions, dont 10 ont été représentées, et à travers la diaspora pour faire face aux échéances à venir. Le bureau national s’engage à effectuer des activités culturelles durant le mois de Février à Kédougou et Vélingara.